Aller au contenu principal

Denis Rapone au 73ème Congrès annuel de la Fédération nationale des cinémas français

3 octobre 2018

Participation de l’Hadopi au Congrès annuel de la Fédération nationale des cinémas français au centre international de Deauville. Cette année, la FNCF avait choisi de consacrer la table ronde du Congrès à la lutte contre le piratage.

La table ronde intitulée « Un nouvel élan contre le piratage ! » a réuni le 26 septembre 2018 Aurore Bergé (députée et co-présidente du groupe « Cinéma » à l’Assemblée nationale), Victor Hadida (président de la FNCF), Maxime Saada (président du directoire de Canal+), Pascal Rogard (directeur général de la Société des auteurs et compositeurs dramatiques), Carlo d’Asaro Biondo (président Europe-Moyen-Orient-Afrique en charge des partenariats de Google) et Denis Rapone (président de l’Hadopi). Ne pouvant être présent à Deauville, une vidéo de Charles Rivkin (président de la Motion Picture Association of America) a été diffusée lors de la table ronde.

Laura Houlgatte (directrice générale de l’Union internationale des cinémas) et Frédéric Delacroix (délégué général de l’Association de lutte contre la piraterie – ALPA) étaient présents en tant qu’experts afin d’éclairer les débats en particulier sur les données chiffrées du piratage. La table ronde fut conclue par Nicolas Seydoux, président de l’ALPA, et Laurence Tison-Vuillaume, directrice du cabinet de la ministre de la culture.

Le président de l’Hadopi a d’abord dressé un bilan de l’action de la Haute Autorité, bientôt dix ans après le vote de la loi favorisant la diffusion et la protection de la création sur Internet. Pour lui, le dispositif de réponse graduée a fait ses preuves puisque « 60 % des personnes ayant reçu une recommandation de l’Hadopi ne se retrouvent plus en situation de piratage ». Il ajoute néanmoins que « pour être davantage dissuasive », la sanction devrait être « plus certaine ». 

Face aux transformations technologiques rapides d’Internet, les intervenants ont appelé à une évolution de la législation afin de lutter efficacement contre « toutes les formes de piratage », en particulier le streaming ou le téléchargement direct. Ils ont mis en avant la nécessité d’une action visant, d’une part, à faciliter le blocage ou le déréférencement des sites massivement contrefaisants et à prévenir l’apparition de sites miroirs et, d’autre part, à assécher les revenus des sites pirates.   

Denis Rapone a également rappelé l’importance tant de la sensibilisation des publics, notamment des plus jeunes, aux risques de la consommation illicite d’œuvres audiovisuelles sur Internet et à ses effets néfastes pour la création que de la valorisation de l’offre légale et de son accessibilité, notamment via les moteurs de recherche.

Photo

 

Tags :

0 Commentaire